LE CLOS DE LA GARENNE
Maison d'hôtes de charme

Infiniment Charentes

+33 (0)5 46 35 47 71
info@closdelagarenne.com

Mystère du petit patrimoine de nos anciennes cuisines

##patrimoine , #cuisine , #cheminée

Les frimas nous rassemblent autour du feu de nos foyers, pour ceux qui ont encore la chance d'avoir une cheminée, un poêle, un barbecue d'intérieur pour chauffer et cuisiner. Pour les autres, la chaleur douce de leur foyer et l'efficacité de leur fourneau, qu'elles soient prodiguées par une flamme d'énergie fossile, une étincelle d'énergie nucléaire, un échange de calories issues de l'air, de l'eau ou de la terre, suffisent à les envelopper de bien-être.

Il y a des millénaires, l'homme a apprivoisé le feu pour se chauffer, éloigner les bêtes sauvages, se rassurer dans les ténèbres et cuire sa nourriture. Au fil des siècles, il a expérimenté bien des méthodes et amélioré sans cesse les techniques et ustensiles de cuisson mais celle du rôtissage reste la plus fondamentale. Voyez comment, au retour des beaux jours, nos jardins, terrasses et balcons se peuplent d'homo sapiens "grillandus" s'agitant devant leur barbecue ou leur plancha !

Zoomons maintenant sur la fin du XIXème siècle dans la Sarthe : Armand Chappée, en épousant la fille de son patron, reprendra la direction de la forge familiale qu'il développera de façon prodigieuse avec l'essor du chemin de fer. De nos jours, le patronyme Chappée nous évoque surtout une marque de chaudière. C'est justement celui-ci qui est inscrit sur cet étrange accessoire de notre potager (ancêtre du fourneau).


Depuis 1997, mes recherches occasionnelles sur ce nom ne m'avait jamais permis de comprendre l'usage précis de cet ustensile si particulier. Je me doutais bien qu'étant en fonte, il acceptait le contact du feu ou de la braise et servait à cuire ou réchauffer. Aujourd'hui, grâce à... facebook, et à un membre du groupe J'aime le patois Saintongeais dont je fais partie, j'ai pu suivre une nouvelle piste, explorer le site d'une autre fonderie (A. Durenne), y découvrir un ancien catalogue de 1868 et le dessin et le nom de mon objet mystérieux. C'est une...

COQUILLE A ROTIR... 

J'en ai trouvé d'autres sur le net, du genre portatif, alors que la nôtre est encastrée dans le mur. Un collectionneur affirme qu'elle est indispensable avec le tourne-broche en l'absence de cheminée. On devait donc placer les braises à l'intérieur et l'approcher de la viande ou du poisson à rôtir, avec une lèche frite pour récupérer le jus. Et voulez-vous connaitre son surnom ?... une 

PAIRE DE FESSES !